L’isolation d’une maison permet de la protéger contre les déperditions de chaleur, d’assurer le confort des habitants, de la prémunir contre les nuisances sonores, et de réduire la consommation d’énergie.

Si le logement est mal isolé, des travaux de rénovation thermique peuvent s’avérer nécessaires pour renforcer l’étanchéité à certains endroits du logement, éviter l’humidité, assainir l’air ambiant et s’inscrire dans une démarche écoresponsable.

La rénovation énergétique, un enjeu de taille pour le confort et les économies

L’isolation thermique d’un logement est une opération indispensable, car elle permet de limiter les pertes de chaleur, et donc de garder l’énergie produite par le chauffage à l’intérieur. Cette opération est utile aussi bien en hiver qu’en été, puisqu’elle réduit aussi les apports d’air provenant de l’extérieur, garantissant ainsi une température clémente et fraîche par temps chauds.

Renforcer l’isolation d’une maison présente de nombreux effets bénéfiques, outre la limitation des pertes de chaleur. Les isolants thermiques ont en effet des propriétés phoniques, car ils sont remplis d’air, ce qui leur permet de piéger le son et de l’empêcher de se diffuser dans l’habitation.

Les matériaux et les méthodes utilisées, notamment les pare-vapeurs, permettent également de réduire les problèmes liés à l’humidité grâce à la suppression des ponts thermiques.

Une isolation thermique efficace contribue au confort des habitants, en assurant une température constante et homogène dans toutes les pièces. Elle constitue aussi une garantie de plus-value immobilière et de respect de l’environnement quand elle est réalisée dans le respect des réglementations thermiques en vigueur.

Côté budget, il est essentiel de noter que l’investissement consenti est rapidement rentabilisé avec la baisse des factures de chauffage, et que ces travaux sont souvent éligibles à des aides financières, s’ils sont réalisés par un professionnel certifié RGE.

Quels endroits de l’habitation faut-il isoler en premier ?

Dans le cadre d’une rénovation énergétique, il est souvent difficile de refaire l’isolation thermique de toute la maison en un seul coup, surtout pour les budgets limités. Il est donc essentiel de prioriser les travaux, en identifiant les endroits du logement qui provoquent le plus grand taux de perte de chaleur.

Certains espaces du logement sont prioritaires car ils représentent des postes de déperdition énergétique plus importants que d’autres. C’est notamment le cas de la toiture, qui engendre à elle seule environ 25 à 30% des pertes thermiques de l’habitation.

Pour contrôler l’isolation, il faut vérifier si les matériaux isolants utilisés dans les combles ne sont pas trop vieux, pourris, ou rongés par des nuisibles. Il faut également s’assurer que l’eau ne s’est pas infiltrée dans la toiture à cause des pluies.

Ainsi, une mauvaise isolation des combles ou une isolation insuffisante, risque d’augmenter la consommation d’énergie et de générer un sentiment d’inconfort à l’intérieur, car le logement ne se chauffe pas assez en hiver et ne se rafraîchit pas convenablement en été.

Si les combles sont perdus, alors il suffit de les isoler par le sol, car le volume entre le sol et la toiture n’a pas besoin d’être chauffé. A l’inverse, les combles aménageables doivent être isolés au niveau des rampants, afin de pouvoir exploiter la totalité de l’espace, ce qui permet de gagner des mètres carrés supplémentaires dans le logement.

L’isolation thermique des rampants est une opération plus délicate que celle des sols des combles, car elle concerne des espaces en contact direct avec les sources d’humidité. Il faut donc prêter une attention particulière au choix des matériaux isolants, qui doivent présenter des propriétés hydrofuges, une haute densité, et une bonne adaptation à la structure en place.

Les pertes de chaleur se font aussi par le sol de la maison, qui doit lui-même être isolé à l’aide d’un matériau efficace. Enfin, une bonne isolation des murs est une autre garantie de réduction des dépenses énergétiques, et de confort sonore à l’intérieur de l’habitation.

Quand faut-il penser à rénover l’isolation d’un logement ?

La nécessité de procéder à une rénovation thermique se fait ressentir en présence de plusieurs signes évocateurs comme :

  • L’âge de la demeure,
  • La présence de taches d’humidité ou de moisissures sur les parois intérieures,
  • Une mauvaise répartition de la chaleur entre les pièces,
  • Des portes et fenêtres qui laissent passer les courants d’air,
  • De l’air frais qui se dégage de la toiture.

La première indication sur les performances énergétiques et l’efficacité de l’isolation thermique d’un logement est son âge. C’est l’un des critères essentiels à prendre en considération, en sachant qu’un grand nombre d’anciennes maisons ont été construites avant l’apparition des normes et des réglementations thermiques actuelles.

Les maisons très âgées sont souvent mal isolées, sauf si les propriétaires ont déjà investi dans des travaux de rénovation énergétique comme le remplacement des vitrages, l’isolation des combles, des sols ou des murs.

Pour révéler concrètement les éventuelles failles de l’isolation, et savoir si une rénovation thermique est nécessaire, il est utile d’effectuer un diagnostic de performance énergétique (DPE). Cette démarche permet de se rendre compte des faiblesses techniques d’une demeure. Elle se termine par l’élaboration d’un document qui dresse l’état des besoins énergétiques de l’habitation, ainsi que son impact en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Le diagnostic des performances énergétiques comprend une description du logement en termes de surface, de murs, d’ouvertures, de matériaux utilisés, d’équipements de chauffage ou d’eau chaude, et des systèmes de ventilation ou climatisation.

L’évaluation des performances thermiques d’une maison peut également être effectuée par un bureau d’études spécialisé, au moyen d’une caméra thermique infrarouge, afin de détecter les fuites, les moisissures, et les isolations défectueuses. Ce bilan a pour rôle d’analyser toutes les parties de la maison, pour déceler les lieux de pertes de chaleur et établir des recommandations sur les travaux à effectuer.